Mythomane : Personne ayant une tendance plus ou moins volontaire et consciente aux mensonges et à la création de récits imaginaires.

N'avez vous jamais rêvé d'être quelqu'un d'autre ?
"Je suis mytho" vous permet de vous imaginer une autre vie et d'inventer des choses que vous n'avez jamais faites
ou que vous n'oseriez pas faire.
Jetez vous à l'eau et laissez libre cours à votre imagination.
Le 03/11/2019 à 17:39
Diner du 3 novembre 2019

Maison de retraite de la Noblesse Française de Viroflay.

****

Velouté d'asperges dans sa mare de jus de caviar

Friand aux 52 fromages

Truite à la Schubert (roulée dans la farine de manioc du Mali)

Jambon blanc aux truffes et oeufs de caille, accompagné de sa purée de limace aux 3 épices

Fantaisie de fromages monégasques

Yaourt nature sucrée

Donuts à la Simpson

***

En fin de repas, la vicomtesse Laure de Saint-Chamois interpréta des chants lithurgiques, accompagnée à l'accordéon par le duc de La Déche.

 

Le 30/10/2019 à 16:23
Salut ! Heureux d’être de retour parmi vous ! C’est Yann-Yvon Bien, de Plouëc-sur-Vilaine !

Je reviens d’Inde, où j’ai pu rencontrer Shram Sik Ghanda (de Bombay), qui affirme être le fils de Shiva. Il se fait appeler dans la vie courante Shivi. Il a 51 ans âge terrestre, et il est confiturier-mareyeur. Son magasin se trouve entre le 3ème et le 4ème bouchon, avenue Indira Ghandi.
Il a environ 143 adeptes actifs… ah, 342 en fait ; l’un d’eux vient de tomber du toit d’un train. Pauvre gars !
Shivi préconise aux 1.400.000.000 indiens le retour aux sources. Mais vu qu’elles sont bien polluées, je me demande ce que ça va donner.
Je vous enverrai des nouvelles de Shivi, fils de Shiva, dès que j’en aurai.

 

Le 16/09/2019 à 18:32
Salut ! C'est Jean-Erwan Kervallec, de Sainte-Galette-Bretonne-sur-Odet !

Pas eu le temps de venir vous voir depuis un moment. Je suis en train avec des copains de monter un groupe de rock-punko-celto-country. Il s'appellera "Les Rolling Menhirs".

On a un problème : y'a pas un qui connait la musique. Et pour les paroles, les copains n'ont pas fait de grandes études.

Y'a bien moi qui peut sortir quelques phrases fortes comme "Enfer est cette société; Arrête arrête de faire chier !".

Donc, on a demandé à Nolwenn Leroy de nous aider. Mais elle est encore plus nulle ! Ben oui, elle fait que des reprises !

"Tu es belle, Nolwenn Nolwenn, tu me fais d'l'effet;
Mais t'es nulle, Nolwenn Nolwenn, oui t'es nulle à chier !"

 

Le 29/08/2019 à 17:26
La disparition (hihihi…voilà que je prends pour Georges Fennec !)

Où était passé Pierre ?

Nul ne l’avait vu depuis trois jours. Sa mère attendait comme tous les soirs ce vieux garçon de 46 ans, à 19h00. L’heure de la soupe ! C’était un mardi. Et toujours pas de Pierre à 20h30.
Elle avait téléphoné au « Perroquet albanais», le bar de la commune, où parfois
son fils s’attardait avec un ou deux camarades de travail du Garage du granit. Mais pas de Pierre au bistrot. Elle contacta ses deux filles, en pensant qu’il serait peut-être allé voir l’une d’elle. Mais non. Thérèse commença à s’angoisser.

Ce vendredi soir, Jean-Firmin, marin pêcheur, sonna à la porte de la vieille femme, vers 18h30. Elle fit asseoir Jean-Firmin, lui servit un verre de rouge.
« Thérèse, je te jure. Je viens de voir Pierre sur un rocher, près de la plage. Il s’est levé à un moment. Je l’ai suivi discrètement. Tiens, sers-moi un autre où tu ne sauras pas la fin…et donc, il se leva du rocher, puis se rendit à la carrière. Il se coucha comme un chien sur le dos. Il gueulait « Pierre est sur les pierres ! Pierre est sur les pierres ! Le patron de la carrière est sorti voir ce qu’il se passait, et ton fils a déguerpi ».
Jean-Firmin termina son récit par une série de rots puants. Thérèse se mit à crier : « Qu’est ce que tu me racontes là, ivrogne ?! T’es venu me voir rien que pour te rincer le gosier chez moi ! Sors d’ici de suite. »
Le pêcheur ne se le fit pas dire deux fois. Il quitta la maison en trottinant et en émettant un rire débile.

Je ne saurais vous décrire l’état de la pauvre femme suite au passage de ce Jean-Firmin, bon à rien et mauvais à tout. Et je clôturerai ce récit angoissant, ce thriller débile sentant bon le terroir en vous racontant ce qu’était devenu Pierre.
Le mardi, avant de quitter le travail, il ressentit une envie de grosse commission . Il se précipita aux WC et se soulagea. Mais en voulant quitter les toilettes, il y resta enfermé : le loquet était coincé ! Il resta enfermé ainsi les mercredi, jeudi et vendredi. Nul ne pouvait entendre ses cris, car le patron du Garage du granit avait capitonné les lieux afin que l’on ne puisse entendre les émissions sonores intimes des gens. Comme le personnel était entièrement masculin, qu’il allait pisser toujours dehors et qu’aucun employé n’avait ressenti le besoin d’aller chier pendant trois jours, le pauvre Pierre dut attendre le samedi matin. Son patron passa rapidement au garage pour terminer une voiture, et une envie violente l’obligea à se rendre aux toilettes (il avait bu de la vinasse la veille). Et il retrouva son employé, en train de s’abreuver dans la cuvette.

Fin.

 

Le 13/08/2019 à 17:53
« Le livre des Merveilles » de Marc-Paul de Saint-Empoire.

Marc-Paul de Saint-Empoire naquit en 1924 au château de Saint-Empoire (Finistère-sur Garonne). Il était le fils du comte Girard de Saint-Empoire, dont la famille fut anoblie en 990 par Hugues Capet.
En 1945, Marc-Paul décide de quitter son milieu aristocratique et socialement isolé afin de participer au relèvement de la France. Il entre comme simple maçon dans une entreprise dirigée par un certain Monsieur Demaison.
Bon camarade de travail, il est vite surnommé par ses collègues Marco Paulo. Il tiendra un journal où il notera la vie de ces travailleurs infatigables, qui lui fera connaitre nombre de merveilles : la collation de 10h00 au gros rouge. Les bizutages des apprentis (les pieds dans un bloc de ciment pendant une semaine). L’emmurement du patron un 1er avril pendant 24 heures… Que sais-je encore !
Il fera éditer son journal grâce à l’appui des francs-maçons en 1959. Il hérite du château et du titre familial à la mort de son père en 1963 (mort de rire en au cinéma où il était allé voir « Les tontons flingueurs ».
Marc-Paul est décédé en 2005, en visionnant un DVD hilarant de Coluche. Il s’étouffa de rire (maladie héréditaire).

 

Le 06/08/2019 à 19:05
J'ai menti ! Je n'étais pas avec le Dr Wolfram Machin, mais avec le Professeur Ingmar Hantrensen, du centre de recherches psychiatriques de Stockholm.
J'ai pu niquer ses deux filles : à moi les suédoises !

 

Le 06/08/2019 à 18:58
Bonsoir.

Je suis Carlo-Giovanni Le Goff, de Turin-de-Bretagne.

Je viens de passer une semaine en compagnie du Dr en physique nucléaire-chimie-mécanique des fluides-géo physicien Wolfram Muller, de l'Université de Munich.

Nous nous étions rencontrés dans un taxi à Paris. Comme il allait au même endroit que moi (Pigalle), le chauffeur de taxi, Saïd Ben Saïd Martin nous a pris ensemble pour un tarif défiant toute concurrence : Barbés-Pigalle pour 250 €. Une aubaine.

Nous avons sympathisé et du coup, la fille de joie nous a pris en double pour un prix défiant toute concurrence : 860 €. Faut dire que pendant une heure et demi, nous avons conversé sur les sciences.

Bref, il m'a invité pour une semaine dans sa villa de Munich. Il m'a révélé son secret : il a mis au point un carburant révolutionnaire, mélange de jus de tomate et de schnaps. 0,5 litre au 100. Fonctionne sur tous les moteurs existants. Nous avons fondé une société : j'ai 25% des parts et lui 75% (j'ai beaucoup de parts parce que je vais devenir son valet de chambre. Enfin, si tout se passe bien. Car j'ai reçu un coup de fil de sa voisine, Louisa Einstein : une voiture noire avec trois arabes dedans l'ont emmené avec eux.

 

Le 02/08/2019 à 18:51
Ah Ah ! Me voilà sur le site !

Bon. Ici c'est Jean-Joseph, là. Je cherche une maison à louer le week-end du 15 août pour 62 personnes. Du côté de Dinard. Avec piscine.

C'est l'association des "Beaux et cons à la fois". On veut se réunir en congrès le temps d'un week-end.

Alors, adresse e-mail : jean.jo@beauxetconsàlafois.gmail.com

Monsieur Jean-Joseph Kervaziou
11 rue Jacques Brel
29999 Kerlubrik

 

Le 26/07/2019 à 18:25
Bonsoir.

Je suis Jean-Kévin Debordot (ne pas prononcer Kévin mais Kévin-e).

Debordot est le nom de ma mère.

J'ai 22 ans et je suis à la recherche d'un emploi dans le domaine des buses de BTP en carton.

Je viens d'entamer une procédure judiciaire afin que mon père me reconnaisse. Il est très célèbre. Il a eu une aventure sans lendemain avec ma mère dans une décharge publique, un soir de beuverie.

Je ne peux donner le nom de mon père, par décence. Et je tiens à nouer des liens affectifs et financiers avec lui.

Je peux seulement dire qu'il a épousé une professeure plus âgée que lui, qu'il a un mandat qui le fait vivre et qu'il est très intelligent. En ce moment, il fit une période difficile dans son travail. Des gens méchants disent qu'il ne vaut pas une bille.

Papa, si tu me lis, il faut que tu saches que je peux t'apporter de l'aide dans ton boulot compte-tenu de mon inexpérience.

 

Le 17/07/2019 à 12:44
François de R. qui a récemment quitté le gouvernement, s'est déjà recasé !
On l'a bombardé directeur de la cinémathèque française.
Il a déjà programmé en septembre, toutes une série d'hommages à Omar Sharif.
 
Page 1 / 323
Page Suivante ->>
Aller à la page